#fait divers (375)

Les faits se sont déroulés vendredi soir à Mouscron, en Belgique.

Après avoir bu quelques verres d'alcool dans le centre-ville, Cédric a décidé de rentrer chez lui.

L'adolescent, âgé de 17 ans, habite dans le quartier du Tuquet qui longe les grilles du parc.

« Je voulais prendre un raccourci et j’ai donc voulu escalader le grillage qui entoure le parc communal » a expliqué le jeune homme

Mais, lors de son ascension, le jeune homme a glissé et, dans sa chute, il a atterri sur les pointes du grillage.

Les grilles sont rentrées dans sa gorge. La victime a été transportée à l'hôpital où elle s'est vue poser 16 points de suture.

«J’aurais pu mourir» a témoigné Cédric dans le journal Nord Eclair.

Lire la suite...

Il était 6H40, mercredi, quand la police de Cumberland, dans le Rhode Island (Etats-Unis), a reçu un appel signalant deux blessés par balles dans une maison située au 28 Birchwood Drive.

Lorsque les forces de l'ordre sont arrivées sur les lieux, elles ont découvert Courtney et Eric Huard, tués par balles.

Leurs trois enfants, Grant, Blake et Sydney ont été retrouvés prostrés devant les corps sans vie de leurs parents.

Ils sont indemnes mais en état de choc.

Rien ne laissait présager un telle drame. Courtney, 42 ans, et Eric, 51 ans, avaient tout pour être heureux. Parents de deux garçons et d'une fille, ils vivaient depuis 2012 dans cette grande maison estimée à 670.000 dollars.

Sur les réseaux sociaux, ils publiaient régulièrement des photos en compagnie de leurs enfants et de leurs amis.

Courtney Huard était diététicienne dans un cabinet privé. Elle a été décrite comme une mère très aimante. Eric était quant à lui était monteur de ligne pour National Grid.

Il était un père "toujours là pour ses enfants et sa femme (...) Il aimait tout et aimait voir ses enfants sourire" témoigne un proche. Les funérailles du couple ont eu lieu vendredi.

Double meurtre, meurtre suivi d'un suicide ou double suicide ? Pour l'instant aucune piste n'est privilégiée.

Lire la suite...

Mardi après-midi, deux gendarmes en permission se trouvaient sur le pont de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, lorsqu'ils ont aperçu une voiture s’arrêter devant eux.

Un homme, âgé de 44 ans, et sa fille, âgée de 18 ans, sont descendus du véhicule et le quadragénaire a projeté la jeune femme dans le vide, à 68 mètres de hauteur.

Les secours sont parvenus à récupérer la victime en bas mais ils n'ont pu que constater le décès.

Le père a été interpellé et placé en garde à vue. Il a été mis en examen, jeudi, pour assassinat et placé en détention provisoire.

Au fil des auditions et des témoignages des proches de la victime et du mis en cause, le profil du meurtrier se dessine

Plus tôt dans la journée de mardi, Özkan T. avait déjà fait part de son intention de tuer sa fille aînée.

Selon Le Parisien, l'homme ne supportait plus ce qui ressemblait, à ses yeux, à une dérive de la jeune femme qui serait tombée dans la drogue.

Il n'acceptait pas non plus la relation sentimentale de sa fille qu'il jugeait toxique.

Lire la suite...

Le corps sans vie d'une femme a été découvert dans la nuit de vendredi à samedi au parc du Kurgarten, dans le quartier Neudorf à Strasbourg, dans le Bas-Rhin.

C'est un promeneur qui a fait la macabre découverte vers 23h45 et a donné l'alerte.

Les secours, arrivés sur les lieux, n'ont pu que constater le décès.

La tête de la victime reposait dans l’eau.

Même si aucune trace suspecte n’a été décelée sur le corps, une autopsie sera réalisée prochainement, en raison de la position étrange de la défunte.

Lire la suite...

Un homme était porté disparu depuis septembre. Ses proches, inquiets de ne plus avoir de nouvelles, avaient donné l'alerte et une enquête pour "disparition inquiétante" avait été ouverte.

Puis, en février dernier, c'est une enquête pour "enlèvement et séquestration, suivie de la mort" qui a été ouverte.

Les policiers ont effectué une perquisition dans le café l'Atrium, dans le centre ville de Nice, non loin de la Promenade des Anglais.

Dans traces de sang ont été découvertes dans l'établissement.

Le gérant du café aurait alors reconnu avoir eu un différend avec la victime, l’avoir tuée, puis l’avoir coulé dans une dalle de béton dans la cave de sa brasserie.

Les sapeurs-pompiers ont alors été appelés et ont extrait dans la nuit de mercredi à jeudi le corps de l'homme disparu dans la dalle de béton fraîchement coulée.

« Des gardes à vue sont en cours » a indiqué la procureure de la République adjointe de Nice.

Lire la suite...

Mardi après-midi, deux gendarmes en permission se trouvaient sur le pont de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique, lorsqu'ils ont aperçu une voiture s’arrêter devant eux.

Un homme, âgé de 45 ans, et sa fille, âgée de 18 ans, sont descendus du véhicule et se sont dirigés vers la rambarde du pont.

Les deux militaires ont vu le quadragénaire projeter la jeune femme dans le vide. L'événement s'est produit au niveau de la partie haute du pont, soit 68 mètres de hauteur.

Les pompiers et les secours la SNSM sont parvenus à récupérer la victime vers 15H50. Elle était en arrêt cardio-respiratoire. Malgré leur tentative de réanimation, ils n'ont pu que constater le décès.

Quant au père de la victime, ce dernier a tenté de se jeter dans le vide mais les militaires l'en ont empêché. Il a été interpellé sur le pont et placé en garde à vue pour homicide volontaire. On ignore pour l'instant les raisons de son geste.

Les brigades de Montoir-de-Bretagne et de Saint-Nazaire ont été chargées de l'enquête.

Lire la suite...

Samedi, après le travail, Pauline est rentrée à son domicile de Lihus, dans l'Oise.

En pénétrant dans sa cour, elle s'est aperçue que les portes de ses bâtiments extérieurs étaient ouvertes.

Elle est entrée dans le bâtiment situé à côté de ses chenils, et a découvert un de ses chiens pendu complètement inconscient à une poutre avec un collier étrangleur.

Dans la panique, Pauline a réussi à détacher l’animal. Elle l'a secoué dans tous les sens, mais il ne respirait plus.

Quelques instants après, Orus a repris sa respiration. Il est sain et sauf. « Si je n’étais pas arrivée à temps, à quelques minutes près, il ne serait plus là » témoigne la jeune femme.

Possédant deux chiens malinois, la relation de Pauline avec ses voisins n’est pas au beau fixe : « ils se plaignent des aboiements de mes chiens quand nous sommes absents », explique Pauline.

Pour remédier aux plaintes de voisinage, et après des faits allant des boulettes de viande comportant des clous et des vis, au vitre de voiture brisée, la riveraine a créé deux chenils pour enfermer ses chiens quand elle s’absente et a acheté des colliers anti-aboiements.

Mais cela, visiblement, n'a pas suffi. Pauline a porté plainte.

Lire la suite...

Joe, 8 ans, avait disparu le 17 juin dernier alors qu'il jouait dans son jardin à Oldenburg, en Allemagne.

Ses parents, inquiets de ne plus le voir, avaient donné l'alerte.

Les policiers avaient alors lancé un important dispositif de recherche pour le retrouver.

Huit jours plus tard, le 25 juin, un promeneur a entendu un bruit provenant d’une bouche d’égout et a appelé les secours. Les forces de l'ordre, arrivées sur les lieux, ont retrouvé le petit garçon dans les égouts.

Extrait de l'égout, qui se trouvait à 300 mètres de son domicile, Joe a été transporté à l'hôpital. Sans blessures graves, il souffrait d'hypothermie. Joe "se porte bien", a déclaré son père dans les médias locaux.

Selon les premières éléments de l'enquête, l'enfant s'était glissé dans les égouts le jour de sa disparition, avant de "perdre ses repères".

Lire la suite...

Il était 8h35, ce dimanche, quand une femme a appelé les secours, leur indiquant qu'elle voulait se suicider après le meurtre de sa fille de 10 ans.

Les pompiers se sont alors alors rendus au domicile familial situé boulevard du maréchal de Lattre à Soissons, dans l'Aisne.

Les secours ont découvert le corps sans vie de l'enfant dans sa chambre et ont rapidement compris qu'il n'y avait plus rien à faire pour la ranimer.

Selon les premiers constatations, le décès remonterait à plusieurs jours. Une autopsie sera pratiquée pour connaître les causes du décès.

La mère se trouve toujours à l'hôpital et n'a pas encore pu être entendue. Son pronostic vital n'est pas engagé mais son état psychiatrique reste à évaluer. Elle n'a pour l'instant pas livré d'explications sur son geste.

La police judiciaire a été chargée des investigations.

Lire la suite...

Les faits se sont déroulés dimanche soir à Arles, dans les Bouches-du-Rhône.

Vers 22H00, quatre adolescents se trouvaient dans le quartier de Griffeuille lorsqu'une voiture avec plusieurs personnes à bord s'est portée à leur hauteur.

Un des occupants leur a tiré dessus à plusieurs reprises, avant que le véhicule ne prenne la fuite.

L'un des jeunes hommes a été touché par des tirs d'arme à feu. Marwan, 15 ans, a été transporté à l'hôpital où il a succombé dans la nuit à ses blessures. Il était inconnu des services de police et n'avait, a priori, aucun lien avec le trafic de stupéfiants.

La voiture d'où provenaient les tirs a été retrouvée incendiée à Saint-Martin de Crau, à 20 kilomètres d'Arles.

L'arme utilisée serait un fusil d'assaut. Plusieurs appartements ont été atteints par les tirs, sans toutefois faire plus de blessés.

La police était déjà intervenue le week-end précédent dans le même quartier pour des coups de feu, sur fond de trafic de drogue.

Lire la suite...

Une fillette de 11 mois avait été retrouvée inanimée mardi matin dans une crèche privée du 3ème arrondissement de Lyon.

Le bébé avait été transporté par les pompiers aux urgences. Malgré les tentatives de réanimation du personnel hospitalier, l'enfant était décédée.

Tout de suite, les médecins ont compris que la petite fille avait ingéré un produit toxique au sein de l'établissement.

L'unique employée de la crèche a été interpellée et placée en garde à vue.

Elle a reconnu avoir aspergé puis avoir fait ingérer un produit caustique à l'enfant.

L'employée de la crèche a expliqué avoir agi parce qu'elle était excédée par les pleurs de l'enfant.

Le parquet de Lyon a requis la mise en détention provisoire de l'employée.

Cette micro crèche privée a depuis été fermée. L'établissement accueillait entre 9 et 10 enfants par jour.

Lire la suite...

Les faits se sont déroulés mardi midi sur le parking de l'Hyper U de Vernouillet, en Eure-et-Loir.

Après avoir fait quelques courses rapides, une mère de 35 ans et sa fille de 4 ans ont regagné leur Renault Scénic.

Alors que Naïma, installée au volant, enclenchait la ceinture de sécurité de son enfant assise à sa droite, elle a entendu sa portière s'ouvrir.

Elle s'est retournée et un homme d'une trentaine d'années lui a porté plusieurs coups de couteau. Naïma a pivoté et a asséné deux coups de pieds à son agresseur.

La trentenaire a démarré en trombe et a foncé vers l'hôpital de Dreux. Elle souffre de deux plaies à l'avant-bras gauche et trois plaies à la cuisse gauche. Elle s'est vue prescrire 10 jours d'ITT.

La victime a porté plainte à sa sortie de l'hôpital. Selon les premiers éléments, l'agresseur était stationné devant chez Naïma depuis 9h30, à bord d'une Peugeot 208 blanche, avant de la suivre jusqu'au parking de l'Hyper U et de l'agresser.

Il est activement recherché par les forces de l'ordre.

Lire la suite...

Le drame s'est produit dimanche à Marsillargues, dans l'Hérault.

Mathilde Reynes, originaire de Saint-Just, participait à une ferrade lorsque son cheval lui est tombé dessus et l'a écrasée.

Touchée à la tête, la cavalière a été transportée par hélicoptère à hôpital Lapeyronie de Montpellier où elle est décédée des suites de ses blessures.

Issue d’une famille qui a toujours baigné dans le monde du cheval, Mathilde était déjà en selle à l’âge de 10 ans.

Sophie, sa maman, bien connue des Saint-Justois pour être conseillère municipale, et son papa, Nicolas, très impliqué au sein du comité des fêtes, ont souhaité souligner qu’il n’y avait eu aucune erreur humaine ou animale dans ce drame.

"J'ai pas les mots pour décrire ce que je ressens. Tu étais une personne formidable et tu veilleras sur nous tous à jamais. Repose en paix copine" a écrit Mathilde Baeza, une de ses amies, sur Facebook.

"C’est avec tristesse que nous venons d’apprendre la disparition de Mathilde Reynes… Grande passionnée de bouvine, de traditions, de chevaux et de course camarguaise, le destin de la vie, parfois cruel, vient de nous enlever Mathilde." a déploré l'Union de la jeunesse Caveiracoise.

Lire la suite...

François Vigouroux, 57 ans, avait disparu le 26 mai dans les Pyrénées-Orientales.

Ce soir là, il avait quitté son domicile à vélo, comme il avait l'habitude de le faire et devait rentrer dîner avec son fils pour 19 h 30.

Ses proches, inquiets de ne pas le voir rentrer, avaient alerté la gendarmerie.

Un important dispositif de recherche avait été déployé par les forces de l'ordre et un appel à témoins avait été lancé dans les médias.

Le 1er juin, un homme faisait une randonnée lorsqu'il a été intrigué par une odeur pestilentielle provenant de sacs poubelles aux pieds des orgues d'Ille-sur-Têt. Il a appelé les gendarmes.

Les forces de l'ordre, arrivées sur les lieux, ont découvert dans l'un des sacs, une tête humaine, dans un autre, un bassin et des cuisses.

Une vingtaine de jours après la macabre découverte, les analyses ont révélé qu'il s'agissait bien des restes de François Vigouroux.

Rien ne présageait une fin aussi sordide. François Vigouroux était connu et apprécié à Ille-sur-Têt. Décrit comme "agréable et intéressant", ce père de famille menait une vie ordinaire avec son enfant et sa compagne.

Ses connaissances ne lui connaissent aucun différend avec qui que ce soit. Il partait régulièrement en balade à vélo sur son temps libre.

Le site des orgues est une zone très fréquentée, notamment par des touristes. Le quinquagénaire a-t-il fait une mauvaise rencontre ? S'est-il retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment ?

La brigade de recherches de la gendarmerie des Pyrénées-Orientales et la section de recherches de Montpellier ont été chargées de l'enquête.

Lire la suite...

Un bébé, âgé de 12 mois, a été retrouvé enfermé dans une voiture stationnée en plein soleil boulevard Wilson, au niveau du front de mer, à Saint-Nazaire (44).

La découverte a été faite lundi, vers 17H30, après plusieurs heures passées à l’intérieur du véhicule.

Lundi il faisait 28 degrés en milieu d’après-midi. La température dans l’habitacle était beaucoup plus chaude.

Le bambin était assis dans son petit siège sur la banquette arrière d’une voiture.

Les pompiers, arrivés sur les lieux, ont tenté de réanimer l'enfant mais le décès a été constaté sur place.

Selon les premiers éléments, le bébé a été oublié par l'un des deux parents.

Selon la procureure de la république, qui évoque une « une tragédie absolue », une enquête est ouverte et les parents ont été entendus.yes

Lire la suite...

Les faits se sont déroulés dimanche matin place Copernic à Évry-Courcouronnes, dans l'Essonne.

Un jeune homme d'une vingtaine d'années circulait en trottinette électrique avec des bouteilles en verre lorsqu'il est tombé.

Une bouteille s’est alors brisée, lui tranchant la gorge dans sa chute.

Vers 6H00 du matin, la victime a été retrouvée allongée sur une voie réservée aux bus, près des arrêts de l’Orme avec une plaie saignante à la gorge.

Les pompiers et le Samu, arrivés sur les lieux, ont tenté de réanimer le jeune homme. En vain. Le décès a été constaté sur place.

Une autopsie sera pratiquée dans les prochains jours.

Lire la suite...

Les faits se sont déroulés dans la nuit de vendredi à samedi à Tours, en Indre-et-loire.

Une jeune femme se trouvait dans une résidence universitaire du parc de Grandmont lorsqu'elle a été poignardée d'une douzaine de coups de couteau.

Grièvement blessée notamment au niveau de la gorge, la victime a été transportée à l'hôpital. Son pronostic vital est engagé.

Son petit-ami a été interpellé quelques instants plus tard, en caleçon, dans le parc de Grandmont.

Il a ensuite été placé en garde à vue. Une enquête pour tentative d'homicide sur conjoint a été ouverte.

Lire la suite...

Martin Barison, 30 ans, a comparu cette semaine devant la cour d'assises du Gard pour le meurtre de son beau-fils, âgé de 3 ans.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 9 au 10 novembre 2019 à Nîmes.

Ce soir, là mère de l'enfant, âgée de 37 ans, était partie faire la fête avec une amie et avait confié ses deux enfants, âgés de 1 et 3 ans, à son compagnon, Martin Barison, un légionnaire qu'elle avait rencontré sept mois plus tôt.

Durant son absence l'accusé a battu à mort le petit Ethan. L'autopsie a révélé que l'enfant avait été tué d'une centaine de coups de poings et de pieds portés au visage et au torse.

Lorsque la mère était rentrée à la maison, elle avait découvert le corps tuméfié de son petit garçon.

L'accusé a d'abord nié les faits. Les soupçons se sont d'abord portés sur la mère avant d'être mise hors de cause.

Martin Barison a finalement avoué avoir tué Ethan en le rouant de coups, dès ce premier jour de procès à Nîmes. L'accusé avait pourtant toujours nié être le meurtrier du jeune garçon.

Il a été condamné vendredi à la réclusion criminelle à perpétuité avec une peine de sûreté de 18 ans.

Lire la suite...

Emma, 14 ans, avait été retrouvée morte le matin du 9 juin avec un couteau planté dans le cou sur un chemin à Clessé, en Saône-et-Loire.

La jeune fille présentait plusieurs dizaines de traces de coups et de coups de couteau, sur le haut du torse, les épaules, le visage, le cou.

Rapidement les soupçons se sont portés sur Joris, le petit-ami de la victime, âgé également de 14 ans.

Le jeune homme a livré un récit macabre aux gendarmes lors de son audition.

Il a expliqué aux enquêteurs avoir tué la jeune fille parce qu'il voulait "connaître la sensation de tuer". Le motif n'est donc pas lié à une déception amoureuse.

L’adolescent a mûri son projet macabre, en choisissant sa petite amie "car il lui se serait plus simple de l’attirer", étant donné qu’ils avaient pris l’habitude de se retrouver dans la nuit.

Mais cette version est à prendre avec prudence: Joris a déjà tenté de se faire du mal et de telles déclarations pourrait être liées à son profil psychologique. Il sera prochainement soumis à une expertise psychiatrique plus poussée, alors qu’un médecin a déjà conclu à une altération du discernement.

Lire la suite...

Lundi, une mère de famille est venue récupérer ses trois enfants au domicile de leur père à Round Lake Beach, dans l’Illinois (Etats-Unis), qui en avait la garde pour le week-end.

Mais lorsqu'elle est arrivée sur les lieux, elle a trouvé porte close. La maman s'est alors résolue à appeler la police.

Les secours ont pénétré dans le domicile du père et ont découvert les trois enfants Bryant, 5 ans, Cassidy, 3 ans, et Gideon, 2 ans, morts dans une chambre.

L'autopsie a révélé que les trois victimes ont été noyées.

Quant à Jason Karels, le père, ce dernier a pris la fuite à bord de sa voiture à l'arrivée de la police.

Il a été pris en chasse après avoir été localisé par les forces de l'ordre, qui ont réussi à l’interpeller après le crash de son véhicule.

Après l'accident, Jason Karels a avoué le triple meurtre et a révélé qu'il avait tenté de se suicider à plusieurs reprises après la mort des enfants.

Lire la suite...