vision24

faitdivers (40)

Helen O’Neill, 40 ans, a mis fin à ses jours le 1er janvier à Ballymena, en Irlande du Nord.

La mère de famille laisse derrière elle quatre enfants : Erin, 19 ans, Darren, 15 ans, Riley, 10 ans et Robbie, 7 ans.

Il y a sept mois, ils avaient déjà perdu leur père Darren O’Neill, le mari d'Helen âgé de 45 ans, décédé d'un cancer du foie en mai 2021.

Les quatre enfants sont désormais orphelins.

Un ami de la famille a lancé un appel aux dons sur la plateforme GoFundMe pour venir en aide aux quatre enfants.

Plus de 14000 £ (15000 euros) ont déjà été récoltés.

Lire la suite...

9986423461?profile=RESIZE_710x

 

 

 

Colin Pitchfork avait été condamné en 1988 à la prison à vie pour avoir violé et tué deux adolescentes à Narborough, au Royaume-Uni.

En 1983, Lynda Mann, 15 ans, avait disparu alors qu'elle se rendait chez une amie. Son corps sera découvert le lendemain. Elle avait été violée et étranglée à mort.

En 1986, Dawn Ashworth, 15 ans, s'était volatilisée après avoir emprunté un raccourci pour rentrer chez elle. Son cadavre sera retrouvé à quelques centaines de mètres du lieu de la première découverte. La jeune fille avait été battue, violée et étranglée à mort.

Après 33 ans passés derrière les barreaux, l'homme, âgé aujourd'hui de 61 ans, a bénéficié d'une libération conditionnelle en septembre dernier malgré les inquiétudes des experts concernant la capacité du tueur à manipuler et à tromper et son incapacité à exprimer des remords.

Il avait été secrètement conduit du centre de détention jusqu'à une auberge de jeunesse de Portsmouth.

Mais, au mois de novembre, le sexagénaire a été surpris en flagrant délit en train d'approcher d'un peu trop près des jeunes femmes.

Il est donc retourné en détention.

Au début de ce mois de janvier, le prédateur sexuel a de nouveau fait une demande de liberté conditionnelle.

Et le meurtrier a obtenu la possibilité de déménager dans une prison ouverte dans les mois suivants.

Lire la suite...

La scène s'est produite le 3 janvier à la prison de la Santé à Paris.

Un agent pénitentiaire faisait sa ronde lorsqu'ils a entendu du bruit provenant d'un parloir.

Il a jeté un œil à travers la vitre et a surpris une avocate en pleine relation sexuelle avec son client dans un parloir.

Le gardien de prison a aussitôt alerté sa hiérarchie. Un rapport d'incident a été effectué et l’administration pénitentiaire a fait un signalement au parquet et au barreau de Paris.

Le couple risque des sanctions : quelques jours en quartier disciplinaire pour le détenu, et un blâme ou une radiation de l'ordre des avocats pour la professionnelle du droit.9983627467?profile=RESIZE_584x

Lire la suite...

Les faits se sont déroulés dans la nuit de mardi à mercredi à Bourg-en-Bresse, dans l'Ain.

Vers 4H45, un habitant se rendait à son travail lorsqu'il a aperçu deux jeunes enfants qui erraient sous la pluie, sur le bord de la route.

Le témoin a alerté la police. Les enfants âgés de 4 et 8 ans, gelés, ont tout simplement expliqué aux policiers qu'ils "étaient partis faire une chasse au trésor" en pleine nuit.

Raccompagnés jusqu'à leur domicile par l'équipage, les deux bambins ont pu retrouver leur maman. Cette dernière, qui dormait, ne s'était pas aperçue de leur disparition.

Une enquête pourrait être ouverte auprès des services sociaux du département.

Lire la suite...

 

9946642070?profile=RESIZE_710x

 

 

 

 

Inyoung You, 23 ans, a comparu devant un Tribunal de Boston pour avoir poussé son petit-ami à se suicider.

Les faits se sont déroulés en mai 2019 dans le Massachusetts, aux Etats-Unis, deux heures avant la cérémonie de remise des diplômes de son université.

Alexander Urtula, 22 ans, s'est jeté du haut d'un toit d'un parking. Sa petite était présente lorsqu'il a mis fin à ses jours.

Durant les deux derniers mois qui ont précédé la mort, la jeune femme a exercé une pression physique et morale envers la victime.

Elle lui a envoyé 47’130 messages. Dans certains elle l'incitait à se suicider : «Va mourir», «Tue-toi» ou encore «Moi, ta famille et le monde irions mieux sans toi».

L'étudiante a été condamnée jeudi à deux ans et demi de prison avec sursis et à dix ans de probation. Elle échappe à la prison après avoir conclu un accord avec le procureur.

Inyoung You devra suivre un traitement psychologique et effectuer 300 heures de travail d’intérêt général.

Lire la suite...

les faits se sont déroulés le 8 décembre au domicile familial de Bowler, dans le Wisconsin (Etats-Unis).

Le pitbull de la famille a attaqué Damion, un enfant de 4 ans.

Heather Pingel, la mère du petit garçon, s'est jeté sur le chien pour sauver son fils.

L'animal s’est alors retourné contre elle, lui arrachant les deux bras.

En rentrant chez lui, le père de l’enfant a retrouvé Heather dans la salle de bains, gisant dans une mare de sang. Le chien était encore en train de s’acharner sur elle.

Mordu par le pitbull, la mari est parvenu à l’entraîner jusqu’au jardin, où il l’a abattu avec une arme à feu.

À leur arrivée, les forces de l’ordre ont retrouvé le petit Damion assis sur une chaise dans la salle à manger, du sang coulant de sa jambe. Il s'est vu poser 70 points de suture et a pu sortir de l’hôpital.

Quant à sa mère, elle a été transportée à l'hôpital où elle est décédée une semaine plus tard des suites de ses blessures.

Lire la suite...

Le drame s'est produit jeudi lors de la kermesse dans une école primaire de Devonport, sur l’île de Tasmanie, en Australie.

Des enfants jouaient sur un château gonflable lorsque ce dernier s'est envolé lors d'une rafale de vent.

Les enfants ont fait une chute d’une dizaine de mètres. Trois garçons et deux filles, âgés de 11 et 12 ans, sont décédés.

Un sixième enfant, un garçon de 11 ans, est mort des suites de es blessures samedi après-midi à l'hôpital, trois jours après l'accident.

Rien ne présageait un tel drame car la météo avait prévu des vents légers et un temps ensoleillé sur la côte nord de la Tasmanie.

Deux autres enfants sont toujours hospitalisés en état critique et un autre a pu rentrer chez lui.

Lire la suite...

Un an jour pour jour après la disparition de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines, Séverine, la compagne actuelle de Cédric Jubillar, a été interpellée ce mercredi matin.

Depuis 7H00, cette femme de 44 ans est en garde à vue dans une gendarmerie du Tarn pour "recel de cadavre". Elle serait donc suspectée d'avoir aidé Cédric Jubillar à cacher le cadavre de son épouse disparue dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020.

La quadragénaire est employée d’une entreprise de logistique et vit dans une commune proche d’Albi, à cinq km de Cagnac-les-Mines.

Elle était la compagne de Cédric Jubillar au moment de son incarcération en juin.

Elle avait fait sa connaissance en avril, lors d’une battue de recherche d’indices sur la disparition de Delphine Jubillar.

Cédric Jubillar avait révélé leur liaison en diffusant une photo d’eux sur Facebook, qui avait choqué nombre de proches de la disparue.

Lire la suite...

Tout a commencé samedi quand un homme a signalé la disparition de sa mère de 86 ans à Caluire-et-Cuire, près de Lyon (69).

L’enquête a pris un nouveau tournant quand le petit fils de l'octogénaire a disparu à son tour lundi.

Les enquêteurs ont fouillé le logement de la vieille dame où ils ont découvert des traces de sang. Un important dispositif a été déployé pour retrouver le jeune homme de 22 ans.

Grâce à l'exploitation des données de téléphonie, ce dernier a été localisé et interpellé dans le Xe arrondissement de Paris dans la nuit de lundi à mardi.

Placé en garde à vue, il a avoué avoir noyé sa grand-mère avant de transporter son corps dans une brouette jusqu'à un bois de Caluire-et-Cuire.

Le cadavre a été retrouvé à l’endroit indiqué par le suspect. Un conflit au sujet de l’héritage serait le mobile du crime.

Lire la suite...

Lundi, un homme a été percuté par un train de fret au niveau de la D50 à Aveluy Mesnil-Martinsart, près d’Albert, dans la Somme.

Les secours, arrivés sur les lieux, n'ont pu que constater son décès.

Le corps était trop abîmé pour être identifiable, mais les gendarmes ont trouvé à proximité le véhicule d'un entrepreneur à la retraite de 64 ans.

Les militaires se sont alors rendus à son domicile de Méaulte où ils ont découvert le corps sans vie de son épouse, âgée de 50 ans.

Selon les premières constatations, la victime a été étranglée à mort. Une autopsie sera pratiquée ce mercredi.

Tout porte à croire que l'homme a tué son épouse, avant de mettre fin à ses jours en se jetant sous un train.

Le couple était en instance de séparation.

Lire la suite...

Gregory Jarvis, un américain de 57 ans, a gagné 45.000 dollars à la loterie.

Mais il n'avait pas pu retirer son gain car il attendait le renouvellement de sa carte de Sécurité sociale.

En effet, pour les sommes de plus de 600 dollars à la "Michigan Lottery", les gagnants doivent présenter leur carte de Sécurité sociale à jour.

Après, on n'a plus aucun signe de vie.

Le quinquagénaire a été retrouvé mort noyé sur une plage de Caseville, dans le Michigan, avec son ticket gagnant dans la poche.

Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agit d'une mort accidentelle.

«Nous pensons qu’il amarrait son bateau, qu’il a glissé, est tombé et s’est cogné la tête. C’est là qu’il est tombé dans l’eau, aucun acte criminel n’est suspecté», a expliqué Kyle Romzel, le chef de la police de Caseville.

Lire la suite...

Les macabres découvertes ont été faites mardi à Lauderhill, en Floride (Etats-Unis).

Vers midi, une riveraine était assise au bord du canal lorsqu'elle a découvert le corps sans vie de Daysha Hogan, une fillette de 7 ans, qui flottait sur l'eau.

La victime était vêtue d'un short en jeans et d'un tee-shirt avec l'inscription "Dance".

"C'est juste bouleversant. Je vois des choses comme ça à la télé mais je n'ai jamais vu ça en vrai." a témoigné cette habitante.

Neuf heures plus tard, c'est le cadavre de Destiny Hogan, 9 ans, la sœur aînée de Daysha, qui a été repêché dans le cours d'eau.

Les policiers s'intéressent de près à la mère des fillettes, Tinessa Hogan, 36 ans.

Selon le témoignage de plusieurs résidents, Tinessa Hogan avait proposé, la veille de la macabre découverte, de baptiser des gens dans le canal.

Elle avait été aperçue dans l'eau lundi et avait été vue en compagnie de ses 2 filles pour la dernière fois vers 17h. Depuis elle est introuvable.

L'enquête se poursuit.

Lire la suite...

Pierre-Olivier Labastida, 32 ans, était jugé cette semaine devant la Cour d'Assises du Rhône pour le meurtre de son épouse.

Le corps sans vie de Jessica Astorga, 26 ans, avait été retrouvé le 11 août 2018 au pied de son immeuble dans le quartier de la Croix-Rousse à Lyon. Elle baignait dans une mare de sang

L'accusé avait expliqué aux forces de l'ordre que son épouse s’était suicidée en se jetant par la fenêtre du troisième étage.

Puis il avait changé de version deux jours plus tard au commissariat où il s’était rendu. Il avait reconnu une dispute dans la nuit avec la victime qu’il aurait voulu «calmer», puis aurait «maîtrisée» en lui serrant le cou.

Il avait ensuite traîné le corps jusqu'au balcon avant de le faire basculer dans le vide.

La veille du drame, le couple avait rendu visite aux parents du coupable et évoqué un futur divorce, après un an de mariage. Le couple s'était rencontré en 2016, au Mexique, où Pierre-Olivier Labastida, né d'un père mexicain, effectuait un voyage.

Ce formateur en informatique a été déclaré coupable de meurtre et a été condamné mercredi à 17 ans de réclusion criminelle.

Lire la suite...

Une jeune fille, âgée de 13 ans, est décédée d'une crise cardiaque le 8 août 2020 dans le village de Montblanc, dans l'Hérault.

Le médecin avait alors constaté que la victime ne pesait que 28 kilos pour 1,45 mètre. Elle avait perdu des dents et avait les cheveux arrachés.

L'examen médical a conclu à une mort par crise cardiaque des suites d'une malnutrition et de mauvais traitements.

La mère et le beau-père de la jeune fille ont été interpellés mardi à Mèze, dans l'Hérault, soit neuf mois après les faits.

Ils sont poursuivis pour privation de soins et d'aliments suivie de mort d'une mineure de moins de 15 ans par ascendant et délit de violence sur les deux autres filles de la femme, âgées d'un an et sept ans. Le couple a été écroué.

La sœur aînée a également été interpellée pour ne pas avoir dénoncé les faits. Elle a été libérée sous contrôle judiciaire.

Les 2 autres enfants ont été placés dans des familles d’accueil. Selon Midi Libre, tous les membres de la famille subissaient depuis longtemps des sévices physiques et psychologiques de la part de la mère.

Toujours selon Midi Libre, la grande sœur aurait confié que l’arrivée du beau-père au sein du foyer avait apporté beaucoup de répit au sein de cette famille, malmenée par la mère, qui gérait une onglerie.

Lire la suite...

Les faits se sont déroulés dimanche soir à Gainneville, en Seine-Maritime.

Vers 22H30, Chloé se trouvait au volant de son véhicule professionnel de livraison de pizzas lorsqu'elle a percuté le mur d’une société.

Les secours, arrivés sur les lieux, n'ont pu que constater le décès de la jeune femme, âgée de 20 ans.

Pour l'instant, on ignore tout des circonstances de cet accident.

Selon le frère de la victime, Chloé « n’avait certes qu’un an de permis, mais elle était très prudente, très consciencieuse. »

Un appel à témoins a été lancé. Toute personne pouvant fournir des informations peut contacter la brigade des accidents et des délits routiers au 02 32 74 39 80.

Sinon un appel aux dons a été lancé sur la plateforme Leetchi afin de venir en aide à la famille.

Lire la suite...

Les faits se sont déroulés samedi soir à Wichita Fall, au Texas (Etats-Unis).

Adriana passait la nuit dans une discothèque pendant que son compagnon gardait les enfants à la maison.

Mais elle a été virée de l'établissement parce qu'elle avait bu trop d'alcool.

Lorsqu'elle est rentrée à la maison, elle voulait avoir des relations sexuelles avec son compagnon. Mais ce dernier a refusé et lui a reproché d'avoir réveillé les enfants en faisant trop de bruit.

Folle de rage, la mère de famille a attrapé un sèche-cheveux par le câble et a frappé son compagnon à plusieurs reprises.

Dans la foulée, la jeune femme a pris sa fille et s’est enfuie, avant de se réfugier chez des voisins.

Lorsque les policiers sont arrivés sur les lieux, Adriana a tenté de faire croire qu'elle était victime de violences conjugales. Tous deux étaient blessés, mais la Texane s’est trahie en hurlant «Laissez-moi le retrouver, et je vais le frapper à nouveau !»

Déjà arrêtée par le passé pour ivresse sur la voie publique, la jeune femme a été interpellée et incarcérée contre une caution de 2500 dollars.

Lire la suite...

Vendredi, un homme est sorti de prison pour des faits de violences conjugales. Sa libération a été conditionnée par une interdiction d'entrer en contact avec son ex-compagne.

C'est cette dernière qu'il a croisé par hasard samedi dans le centre-ville d'Agen, dans le Lot-et-Garonne.

Son ex-compagne l'a alors reconnu. Respectant son interdiction, l'homme a rebroussé chemin.

Mais la femme s'est lancée à sa poursuite et a rattrapé son ex-compagnon, avant de le frapper. Les coups étaient si violents que l'un d'eux lui a cassé ses lunettes.

L'homme a préféré ne pas déposer plainte afin de ne pas causer de torts à son ex-compagne.

Une simple main courante a été déposée.

Lire la suite...

Ana Livia, 3 ans, avait été retrouvée inanimée en juin 2018 à son domicile situé au Brésil par sa grand-mère et sa tante.

La fillette avait été transportée à l'hôpital où, malgré les efforts des médecins, elle avait succombé à ses blessures. L'autopsie avait révélé de nombreuses ecchymoses sur le corps d'Ana.

Sa maman, Letitia Lopes, et son beau-père Cristopher Coelho avaient été interpellés quelques jours plus tard par la police.

L'enquête avait révélé que Christopher avait battu à mort la fillette parce qu'elle avait fait pipi au lit.

La crèche fréquentée par Ana Livia avait déjà signalé aux autorités des maltraitances commises sur l'enfant.

Le couple a été déclaré coupable cette semaine par un jury après 17 heures de délibérations dans la municipalité brésilienne de Pocos de Caldas.

Le beau-père a été condamné à 32 ans de prison pour meurtre tandis que Fonseca, la mère âgée de 19 ans, a été condamnée à 29 ans pour avoir laissé son compagnon rouer de coups sa fille et pour ne pas avoir alerté les secours.

Lire la suite...

Un homme a été mis en examen pour meurtre et un deuxième pour complicité mardi dans le sud-est de la France après le signalement d'un voisin auquel ils avaient demandé une scie pour faire disparaître le corps de leur victime.

 

Dimanche soir, à la Tour-du-Pin, en Isère, un homme "a eu une sollicitation quelque peu surprenante: ses voisins lui ont demandé une scie pour un corps à faire disparaître", a raconté Dietlind Baudoin, la procureure de la République à Bourgoin-Jallieu, confirmant une information du quotidien régional Le Dauphiné Libéré. La victime, "peu ou prou SDF", était alors hébergée par le locataire de l'appartement, a ajouté la magistrate qui a ouvert une enquête pour meurtre.

 

Ce locataire et un ami présent ce soir-là ont été placés en garde à vue par les gendarmes dimanche soir. Le premier suspect, âgé de 34 ans, a été mis en examen du chef de meurtre et incarcéré, selon le procureur de la République à Grenoble, Éric Vaillant.

Le second, âgé de 50 ans, a été mis en examen du chef de complicité de meurtre et placé sous contrôle judiciaire.
Selon le Dauphiné Libéré, les trois hommes avaient bu et s'étaient disputés samedi soir, la victime, âgée de 54 ans, ayant reçu de nombreux coups de couteau. C'est en cherchant à se débarrasser du corps, retrouvé emballé dans du film plastique, selon le journal, que les deux suspects ont frappé à la porte du voisin dimanche vers 22H00.

Lire la suite...

Poignardé à mort...par un coq

En Californie, un homme de 35 ans est mort des suites d'une blessure infligée par un coq de combat.

Bien que formellement interdits aux Etats-Unis, les combats illégaux de coqs sont monnaie courante en Californie. Le Mexique, pays voisin, voue, en effet, un véritable culte à la discipline. L'une des plus prisées, aussi connue sous le nom de "combat de vitesse", consiste d'ailleurs à équiper l'animal d'un ergot artificiel, généralement une lame. Ce "duel à l'épée" imposé aux gallinacés se caractérise par sa violence et sa brièveté. La victime a succombé à ses blessures après avoir été violemment heurté à la jambe par l'animal.

José Luis Ochoa, 35 ans, n'a pas survécu à ses blessures et est décédé deux heures plus tard. Le médecin légiste a confirmé aux enquêteurs les causes du décès : une plaie importante à hauteur du mollet. Selon le porte-parole de la police, le délai entre l'incident et l'intervention de l'équipe médicale pourrait aussi avoir joué un rôle dans l'aggravation de l'état de la victime.

"En 24 ans de carrière, c'est bien la première fois que j'entends parler de ce genre d'incidents...", a avoué un policier vétéran local.
La victime et les autres spectateurs de la joute clandestine se sont enfouis dès l'arrivée de la police. Les forces de l'ordre ont alors découvert les cadavres de cinq coqs ainsi que des preuves évidentes de combats. José Luis Ochoa était connu de la justice et avait, notamment, écopé de multiples amendes l'an passé pour des faits similaires.

Bien que la discipline soit intimement liée à l'histoire du pays, les combats de coqs sont interdits aux Etats-Unis et y assister est un délit. L'activité fait, chaque année, l'objet de descentes policières visant à éradiquer un phénomène qui, non seulement, contrevient à la loi sur la protection des animaux mais génère aussi un nombre record de paris clandestins.

Lire la suite...