Ça fiche froid dans le dos. Dans la carapace, plutôt. Le 17 décembre 2020, alors qu'un couple promenait son chien sur la sublime plage de La Tejita, au sud de Tenerife (la plus grande île

des Canaries), ils sont tombés sur deux tortues enchaînées : deux spécimens de Trachemys scripta scripta reliés par un cadenas, rapporte la radio espagnole Onda Cero. "L'un d'eux, le plus petit,

était à l'envers, dans un état très grave, et traîné par le plus grand", peut-on lire sur son site.

"Celui ou celle qui fait ça n'a pas de cœur, quelle honte !" s'indigne le promeneur dans une vidéo glaçante mise en ligne par Onda Cero. On y voit les deux malheureuses tortues se traîner dans le sable avec peine, la carapace trouée. Les longs sillons laissent imaginer le temps passé dans cette cruelle situation. "Possiblement une semaine", se désole Jaime A. de Urioste, joint par GEO.fr. Il préside depuis une vingtaine d'années la Fundación Neotrópicoune ONG environnementale spécialisée dans la protection de la faune locale. Et n'avait jamais vu ça. "Est-ce une sortie de rituel religieux comme on avait pu le constater en Floride en 2018 ? Nous ne le saurons probablement jamais. Pas de caméras sur les plages, et les animaux ne peuvent pas témoigner." Seules pièces à conviction : la chaîne et le cadenas, en relatif bon état.

Contactées par les officiers de la Protección Civil, l'équipe de Neotrópico a pris en charge les deux galápagos. "C'est une espèce d'eau douce considérée comme exotique et invasive, nous en avons près de 600 au centre", précise Jaime. Les deux tortues martyres ont été libérées de leur chaîne et leurs blessures ont été désinfectées, mais elles étaient très déshydratées. La plus jeune, qui se trouvait dans un état particulièrement préoccupant, est morte avant même d'arriver à la fondation. Le pronostic vital de l'unique survivante est encore engagé.